L’Aventure d’une vie entière en seulement 48 heures

par Ari Jigarjian

Ma'agan Michael Shorline.  Photo Aya Tager

Les « écoles de terrain » de la SPNI se trouvent dans les magnifiques espaces naturels d’Israël. Chacune de ces écoles de terrain étudie la faune et la flore de la région où elle se trouve et enseigne sur elles, elle organise des visites guidées et des randonnées pédestres, devenant ainsi une plaque tournante où tous ceux intéressés par la nature peuvent trouver leur bonheur.

Durant la dernière semaine de juillet j’ai visité l’école de terrain de Ma'agan Michael, située près des magnifiques plages de la côte du Mont Carmel. Voilà un instantané de ces 48 heures bien remplies.

Dimanche matin, j’ai pris le train de Tel-Aviv jusqu’à la gare de la côte du Carmel (Hof HaCarmel), le cinquième arrêt. Je m’y retrouve sur le quai au milieu d’un groupe de soldats de Tsahal.

Adeya m’y accueille avec un sourire, elle est la bénévole que je vais suivre toute la journée. Elle m’amène pour rencontrer les nouveaux guides de l’école de terrain de Ma'agan Michael. Ces quatre recrues, âgées de 18 ans, ayant terminé leurs études secondaires il y a peu de temps, ont choisi de passer une année de bénévolat avant d’être enrôlés dans l’armée. Ils représentent l’avenir de l’école. Après Après un court trajet jusqu’à Haïfa, nous nous préparons pour notre randonnée avec écran solaire et chapeaux à large bord.

Creative Corner at Ma'agan Michael Field School

Adeya, avec le plus grand naturel, nous guide en direction de la Mer. C’est étonnant de voir le changement qu’une seule année apporte aux nouveaux guides. Le long du chemin elle me raconte que cette année est passée sans qu’elle s’en rende compte. Après la ballade nous nous arrêtons dans un village voisin pour déguster houmous et pita.

A nouveau, un trajet rapide en van nous amène à la plage. C’est le moment d’identifier et cataloguer la vie marine dans les eaux peu profondes entre les rochers. Les nouvelles recrues apprennent ainsi à connaître la faune sauvage de leur région, et c’est aussi très agréable.   

Nous trouvons divers crabes, du krill et d’autres créatures marines. Le van nous ramène alors à Ma'agan Michael,!  Située à côté du Kibboutz Ma’agan Michael, l’école de terrain n’est qu’à quelques pas de la plage. Nous dinons ensemble au kibboutz puis un moment de calme pour lire. Je suis épuisé, étant parti très tôt et sachant que nous nous lèverons tôt demain. Je m’endors à 20H30.

Lundi matin, je me dépêche vers le van où je rencontre un nouveau groupe de guides expérimentés. Nous partons pour le parc en mémoire du philanthrope Baron Edmond de Rothschild le parc de Ramat HaNadiv où il est enterré. Son important soutien au mouvement sioniste a aidé à la réalisation de l’état d’Israël. L’école de terrain héberge dans ce parc un camp de jour depuis plusieurs jours.

Une centaine d’enfants de la région arrivent au point de rencontre, une clairière dans la forêt, équipée de tables de pique-nique. Je suis surprise quand une fille dans notre groupe me dit qu’elle habite à New-York mais que ses parents voulaient qu’elle découvre Israël en été. Gilad Shtruzman, le moniteur que je suis pendant toute la journée, m’explique que les enfants  entrent en sixième et il me montre un plan topographique de la zone. Nous commençons par un petit-déjeuner israélien, pain, confiture et houmous.


Ma'agan Michael Field School. Photo Dov GreenblatA 13H30 nous avons terminé une longue randonnée de 5 km traversant le parc, fatigués, mais très contents. Tous ont faim et un déjeuner de côtelettes panées, pâtes et maïs nous attend. Pendant ce déjeuner, Gilad me raconte ce que cette année de bénévolat avec une école de terrain de la SPNI a représenté. Ce fut une année difficile et intense, où il a appris à coopérer avec toutes sortes de gens, ce qui n’est pas facile : « j’ai beaucoup appris et je suis très heureux d’être passé par cette expérience qui m’a donné beaucoup de maturité ». 

 

Après une période de jeux, les enfants retournent chez eux. Moi aussi je fais mes adieux à mes nouveaux amis de l’école de terrain et j’attrape le train pour rentrer à Tel-Aviv. Deux jours de travail bien remplis !

Mon expérience de 48 heures à l’école de terrain de Ma'agan Michael a été tellement remplie qu’il devient difficile de tout se rappeler. Adeya passant le flambeau aux nouveaux volontaires a été comme un rite de passage. Le rôle de conseiller de Gilad pour les enfants de la région fut à l’évidence une expérience gratifiante. Il y a vraiment beaucoup à gagner à passer une année de service social avec la SPNI. Si l’école de terrain de la SPNI de Ma'agan Michael est représentative des autres centres dans tout Israël, tous ceux qui aiment la nature dans ce pays, de quelque origine sociale ils soient, ont énormément de chance d’avoir accès à une aussi riche source d’information. Il ne faut pas passer à côté de ces joyaux. En fait il faut se joindre à eux.

 

Ari Jigarjian est né à Bergenfield, NJ, Il fit un stage de Marketing et Communications à la SPNI pendant l’été 2017