Le parc d’éoliennes d’Eilat met en danger les oiseaux migrateurs

L’entreprise française EDF Energies Nouvelles a annoncé ses plans de construction d’un parc d’éoliennes dans une zone de passage intensément fréquentée par les flux d’oiseaux migrateurs entre  l’Afrique et l’Eurasie.

Levant Sparrrowhawk Photo Noam Weiss

Les éoliennes devraient être installées dans les marais salants d’Eilat qui sont l’un des principaux habitats des oiseaux géré par le Centre de recherché Ornithologique International. Ces structures géantes, si elles sont construites, 120m de haut avec des lames de 40m tournant à une vitesse pouvant atteindre 300 km/h , représenteront un danger majeur pour les  centaines de  millions d’oiseaux qui suivent cette route de migration chaque année.

L’inquiétude la plus grave concerne d’une part les oiseaux qui volent de nuit et qui ne pourront pas évaluer correctement la vitesse des lames, et d’autre part les grands oiseaux qui ne peuvent changer rapidement de direction. La SPNI est surtout inquiète pour les espèces menaces comme  les aigles des steppes (il n’en reste que 20 000), l’épervier à pied court (60 000), les buses, les  faucons bondrée et d’autres oiseaux de proie.

White Pelikan photo Mihail Iliev

Les turbines présentent aussi un danger pour les passereaux migrateurs, les échassiers et oiseaux de rivage, et pour des espèces locales rares comme le faucon concolore et celui de Barbarie, ou la vingtaine de grouses des sables de Lichtenstein qui survivent dans tout le pays. Tous ces oiseaux viennent boire tous les soirs à l’usine municipale de traitement des eaux.

Les équipes d’ornithologues de la SPNI agissent actuellement au plan local, national et international pour collecter des soutiens afin d’interdire la construction de ce parc d’éoliennes là où il est prévu. Ils ont exposé le problème dans des forums public à Eilat et à la Knesset,  Le DG de l’ONG BirdLife International, Patricia Zurita, partenaire de la SPNI, est venu en visite à Eilat et a écrit une lettre à EDF et à ses associés dans ce projet, Blue Sky Energy et le Kibboutz Eilot, leur demandant de réviser leurs plans, expliquant qu’il n’y a que très peu de lieux dans le monde de l’importance d’Eilat, par où passent l’immense majorité des oiseaux migrateurs d’Europe et d’Asie mineure, pour assurer la sécurité de ceux-ci sur leur trajet.

Article de Noam Weiss, directeur du Centre International de recherche sur les oiseaux de la SPNI à Eilat