Oiseaux de proie comme auxiliaires agricoles

Les effraies des clochers et les crécerelles sont deux des rapaces les plus communs en Israël. Le programme mis sur pied par l'Université Hébraïque de Jérusalem, l'Université de Tel-Aviv et le centre d'études des oiseaux de la SPNI, avec le Kibboutz Sde Eliahu utilise ces deux espèces pour éliminer les rongeurs des champs et vergers.

Hulottes (effraies)

Des Américains ont financé en 2006 l’installation de 20 nichoirs du côté jordanien de la vallée du Jourdain, face à Sde Eliahu. La tâche a été difficile au départ, car il fallait vaincre les préjugés des agriculteurs qui, selon la tradition musulmane, pensaient que les effraies apportent la malchance. Il y a aujourd'hui dans les champs de Sde Eliahu 25 couples de crécerelles et 30 couples d'effraies. Depuis 10 ans la plupart des villages agricoles de Galilée et du Golan ont adopté la même stratégie. Le projet a eu un tel succès qu'il s'est généralisé en Israël, puis a été imité en Jordanie, d’où il s'est répandu dans les territoires palestiniens.

L’un des objectifs du projet est la formation des agriculteurs en se basant sur les 20 ans d’expérience accumulée à Sde Eliahu, mais elle ne se limite pas à la région. Un nid actif de hulotte est visible en permanence sur le site du Centre d’Etude des Oiseaux Migrateurs de Latroun.

Le ministère du développement régional a d’ailleurs financé la publication en Arabe d’un manuel sur l’usage des rapaces pour éliminer les rongeurs.

Le besoin de protéger l’environnement a amené Israéliens, Jordaniens et Palestiniens à collaborer. Ils ont ainsi créé, à partir de cette expérience, l’association du Triangle de la Mer Morte, qui travaillera sur les oiseaux migrateurs, et bien d’autres aspects des sciences de la vie.