Le Parc Naturel des Gazelles de Jérusalem

Construire sa maison là où paissent et vagabondent les gazelles

Les travaux ont commencé en janvier 2013 pour établir la première réserve naturelle urbaine d’Israël au cœur de Jérusalem où des gazelles vivent encore à l’état sauvage. Elle occupera un espace de 15 hectares environ.

Une gazelle fait sa sieste dans son   habitat naturel au cœur de Jérusalem -. Photo by Amir Balaban

Cette construction marque une nouvelle étape dans la mise en place de la stratégie écologique de Jérusalem.  Le combat pour préserver la Vallée des Gazelles de Jérusalem a duré pendant des dizaines d’années. Il aboutit à la constitution de la première réserve de protection de la faune sauvage en milieu urbain d’Israël.  Par la même occasion, ces 15 hectares d’espace ouvert, de plus en plus rare à Jérusalem, et qui fait partie de son poumon vert, seront ainsi préservés.

La bataille pour la Vallée des gazelles, située près de Givat Mordechai au sud-ouest de la ville, opposait la SPNI et les résidents des quartiers avoisinants aux promoteurs immobiliers.  La Cour de Jérusalem a finalement tranché en mars 2012 en faveur de la protection de l’espace naturel, permettant l’établissement de cette réserve pour les gazelles. 

"En Israël, 93 % de la population vit dans les villes, la qualité de l’environnement urbain revêt donc une grande importance" déclare Naomi Tsur, l’adjointe au maire de Jérusalem, en charge de la planification et de l’environnement, après avoir été pendant 10 ans le Directeur de la section de Jérusalem de la SPNI.

 “La nature et les espaces ouverts sont nécessaires à la santé de la ville et c’est un besoin pour ses  habitants.

Les animaux et les hommes seront bénéficiaires de l’établissement de la réserve naturelle

L’idée du Parc urbain naturel des Gazelles a germé suite à deux constatations :

  • le nombre de gazelles qui vivent à Jérusalem diminuait, elles demandent donc protection : elles étaient renversées par des voitures sur la Route Begin qui passe à proximité et étaient tuées par des chacals et des chiens sauvages qui chassent dans la vallée
  • les 150 000 habitants des quartiers entourant la vallée  avaient besoin d’un “poumon vert” et d’une zone de loisirs alors que la population de ces quartiers se densifiait.

Aidée par une coalition des diverses parties prenantes, ONG environnementales et résidents locaux, Tsur mis sur pied le plan du parc naturel, approuvé en 2008 par le Comité de planification de Jérusalem. Les promoteurs challengèrent ce plan devant les tribunaux, mais ils perdirent définitivement en mars 2012.  

Le terrain sur lequel est installée la réserve naturelle fut autrefois planté de vergers par des kibboutzim voisins. Ces vergers servirent à nourrir la ville durant le siège que les Arabes imposèrent à Jérusalem pendant la guerre d’indépendance d’Israël. Le projet est financé en partie par la Fondation pour Jérusalem, et il sera construit par phases sur une période de 10 ans.

Amir Balaban, zoologue expert de la vie sauvage et photographe de la SPNI, ancien adjoint de Tsur, explique : “Le parc comprendra trois sections. La plus petite, 3 hectares, sera réservée strictement aux gazelles et à leur habitat habituel. Une deuxième section de 8 hectares servira de lieu de promenade, avec des zones de pique-nique. Le reste servira de zone tampon, barrière naturelle avec les zones habitées. Un centre des visiteurs sera construit.Les gens doivent pouvoir s’approcher des gazelles, mais pas trop près.

La Vallée des  Gazelles sous le quartier de Givat Mordechai à Jérusalem. Photo by Amir Balaban.

De nouvelles plantations, plus de gazelles

Durant la première phase, terminée en été 2013, il y aura de nouvelles plantations dans la vallée, on augmentera le nombre de gazelles et une première promenade sera construite.

La deuxième phase s’occupera surtout des deux rivières qui parcourent la vallée.  Leurs rives seront aménagées pour créer 5 bassins d’eau qui seront accessible à la fois aux gazelles et aux hommes, mais serviront aussi de barrières entre eux.

Durant la troisième phase le centre des visiteurs sera construit, ainsi que la deuxième promenade avec des points d’observation. Durant la phase finale, un deuxième centre de visiteurs sera érigé.

Le Parc Naturel Urbain des Gazelles restera ouvert au public pendant toutes ces phases, et son accès sera gratuit.  Ce sera “un parc pour tous”, touristes, enfants du voisinage, familles. Premier parc naturel urbain, ce parc de Jérusalem servira de modèle à d’autres initiatives dans le pays afin de promouvoir la nature dans la ville comme moyen de loisirs, de recherche et de culture. Le parc des gazelles, soutenu par l’association locale pour la biodiversité, le programme  "Action Locale de Jérusalem pour la Biodiversité (LAB)" qui est associée à des dizaines de villes de par le monde, sera aussi examiné en détail par celles-ci.