Initiative nationale en Israël pour développer partout l’usage de rapaces en lieu et place de pesticides

Hulottes la nuit et crécerelles le jour

martin pecheurL’aventure de se servir de hulottes et de crécerelles en agriculture bio pour supprimer tout usage de pesticides chimiques a commencer en Israël du fait de quelques défenseurs acharnés de la nature. Vu les premiers succès, le gouvernement israélien, ministère de l’agriculture en tête, a entrepris de généraliser cette pratique aussi rapidement que possible, assisté par le ministère de protection de l’environnement et par la SPNI.  Un tel projet permet de protéger l’environnement et préserver la biodiversité tout en protégeant efficacement les récoltes contre les dommages causes par les rongeurs. C’est une approche où tout le monde est gagnant : les fermiers, les consommateurs et leur santé, la nature et l’environnement, l’eau et en fin de compte les finances.

 

hulotesPartant des 730 nids qui avaient été installés dans les vergers et les champs avant 2008, les dirigeants du projet avaient fixé comme objectif de doubler le nombre de nids d’ici 2011. C’est en fait plus de 3000 qui ont été installés par les fermiers à ce jour en Israël. Les conseillers de la SPNI et du centre national ornithologique de Latroun conseillent les fermiers sur le type de nids à installer et les endroits les plus favorables et ils surveillent les nids et les résultats obtenus.  

 

Ils ont pu recruter également les fermiers arabes d’Israël dans le projet “Hulottes”, malgré les superstitions attachées à cet oiseau de nuit, en leur montrant les résultats atteints chez leurs voisins juifs. Le projet a essaimé en Jordanie et chez les fermiers palestiniens. Les chercheurs associés au projet, de l’université de Tel-Aviv et de la SPNI, ont suivi les évolutions des populations d’oiseaux comme de rongeurs et ont pu mesurer les bénéfices pour la population humaine. La pratique s’est maintenant généralisée chez tous les fermiers, même ceux qui ne pratiquent pas l’agriculture bio par ailleurs, du fait de son efficacité économique et de la qualité de vie qui en résulte pour eux. Leur productivité s’améliore, ils augmentent ainsi leurs profits, améliorent leur santé et les bénéfices environnementaux sont ressentis par tous, en particulier la protection des sources en eau. C’est devenu le modèle de la coopération entre défenseurs de l’environnement et agriculteurs.

 

Le projet et ses résultats ont été présentés par Yossi Leshem, Professeur à l’Université de Tel-Aviv, ancien directeur de la SPNI et responsable du centre national d’ornithologie de Latroun,  à l’Université d’Oxford lors de la Conférence Oxpeace en mai 2013, sous le titre: Les oiseaux de la paix au Moyen-Orient (Birds as Peacemakers in the Middle East) en présence du Dr. Azzam Alwash (d’Irak), Dr. Andrew Gosler (Oxford) et de Chris Naylor (A-ROCHA, Liban)

 

Tableau sur l’évolution année par année du nombre de nids, depuis les tous premiers mis en place en 1983 au kibboutz Sde-Eliahu jusqu’à ce jour.